Je lisais dernièrement un texte qui m’a secoué aussi fort qu’un éclair qui m’aurait traversé tout le corps. Osho parlait de « l’échec du tantra » et je me suis surpris à pleurer à chaudes larmes en lisant ses mots. C’est comme si je ressentais que Bouddha avait échoué, que l’amour avait échoué, que le cœur avant perdu sur la raison. Pour moi, si le tantra a échoué, cela veut dire que l’humanité a échoué. L’humanité aurait-elle échoué à aimer?

Je crois qu’il est temps de faire un autre coming-out. Pour ceux qui ne le savaient pas, je suis tantrika, je pratique le tantra depuis que j’ai 27 ans. J’anime aussi des ateliers et des retraites de Tantra partout dans le monde depuis plusieurs années.

Encore aujourd’hui, le mot tantra dérange, questionne et fait naître des jugements. Pourtant, moi, j’ai été initié au tantra par un maître bouddhiste tibétain dans le cadre d’un cheminement de six ans d’études dans la tradition mahayaniste. C’est uniquement à la fin de mon programme, qu’il m’a été possible de recevoir les transmissions de pouvoir tantriques. Vous serez peut-être déçu ou surpris de savoir que nous étions tous habillés et qu’il n’y a eu aucun contact physique entre nous. Cette expérience s’est vécue à travers des pratiques de respiration, de mantra, de visualisation et de transformation intérieure.

C’est presque ennuyant à raconter. Il n’y a pas eu d’orgie, pas de danses extatiques, pas de cris d’orgasme. Nous étions simplement des centaines de personnes qui méditaient, immobiles, les yeux fermés. À l’intérieur de moi, un espace de paix, la réalisation des illusions des sens, une invitation à l’union avec tout ce qui m’entoure, la dissolution des pensées et un moment furtif et inoubliable de pure libération…Peut-être d’éveil.

Alors, pourquoi le tantra a-t-il échoué?

Écoutons le maître Osho qui écrit en parlant des échecs du tantra :

« … ce qui s’est passé, c’est qu’ils ne sont jamais allés très loin dans la méditation, la méditation est restée secondaire. Et la sexualité de l’homme s’est révélée si puissante qu’au nom du tantra, elle est devenue une simple orgie sexuelle. Sans méditation, cela allait arriver!

La méditation aurait dû être la chose la plus primaire parce que cela va transformer l’énergie, mais c’est devenu secondaire.

Et beaucoup de gens, sexuellement pervers, sexuellement refoulés, ont rejoint l’école du tantra. Ce sont les gens qui ont apporté toutes leurs perversions, toutes leurs répressions. Ils n’étaient intéressés par aucune transformation, ils voulaient seulement se débarrasser de leurs répressions, leur intérêt était fondamentalement sexuel. » …

C’est pourtant tellement simple, s’il n’y a pas de méditation, il n’y a pas de tantra. On ne peut faire l’expérience des pratiques tantriques qu’à travers la conscience, la présence et la sagesse réalisée.

Dans les stages et les retraites de tantra, il est urgent de remettre la méditation au cœur de l’expérience. Ce n’est qu’à partir de là que notre véritable intention sera dévoilée à notre conscience. Il faudra ensuite choisir si le tantra répond à un élan de notre cœur, une inspiration d’amour ou s’il s’agit simplement d’une autre distraction.

Si cela est une distraction, il y aura des effets positifs. Momentanément, on se sentira soulagé des tensions intérieures. On se sentira plus libre dans notre corps. On aura probablement l’impression de vivre une expérience spirituelle. Cependant, ce sera de courte durée. S’il n’y a pas de conscience pour intégrer l’expérience et s’il n’y a pas d’ouverture dans le cœur pour déposer l’expérience, nous allons vite passer à la distraction suivante.

Je ne crois pas que c’est le tantra qui a échoué, c’est nous qui avons échoué au tantra. Personnellement, le tantra n’a jamais échoué dans ma vie. C’est moi qui lui a échoué à chaque fois que j’ai perdu ma pratique de méditation, à chaque fois que je n’ai pas écouté mon cœur, à chaque fois que l’amour n’était pas au centre de ma vie, j’ai échoué.

Osho continue ses enseignements :

« Donc, bien que le tantra ait une part de vérité, il ne peut pas être utilisé correctement. À moins que cette pièce de vérité ne soit placée à la deuxième place et que la méditation passe au premier plan, il arrivera toujours que dans le tantra, les gens commettent toutes sortes de perversions. Ils n’auront pas l’impression de faire quelque chose de mal, ils auront le sentiment de faire quelque chose de religieux, de spirituel… »

Personnellement, je conclus que le tantra n’a pas échoué. Comme toutes les pratiques spirituelles, nous ne pouvons les vivre qu’à partir de là où nous sommes intérieurement. La pratique du tantra restera toujours un domaine pour l’éveil du cœur et de la conscience.

Êtes-vous vraiment prêt à vivre le tantra?

Martin Bilodeau
Tous droits réservés Éditions Groupe Homme inc.

Martin Bilodeau

Fondateur chez Terres Tantriques
Formateur, conférencier et auteur enjoué, il est diplômé en communications et en psychosociologie. Il a parallèlement complété un programme de 6 ans sur la philosophie, la psychologie et la mystique bouddhiste tibétaine. Ce qui l’a amené à vivre plusieurs retraites et initiations dont une retraite d’un mois en silence avec des moines au Népal. C’est avec beaucoup de fougue, d’enthousiasme et d’humour qu’il enseigne ses passions.
Martin Bilodeau

Les derniers articles par Martin Bilodeau (tout voir)

Recevez mon guide d'initiation au tantrisme gratuitement!

Vous y découvrirez les fondements du Tantra, des exercices pour libérer votre énergie sexuelle, des méditations profondes, des pratiques de sexualité sacrée et des recettes aphrodisiaques ancestrales.  Abonnez-vous et recevez aussi mes actualités sur les prochains événements, des articles et des vidéos. 

You have Successfully Subscribed!

Share This